Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

Les écrits, publications, prises de paroles, témoignages portant sur la Pleine conscience ou mindfulness (terme anglo-saxon) ou méditation dans son approche humaniste sont en augmentation exponentielle dans notre pays (France).  Cette approche du développement de l'intériorité répond à un besoin de notre époque contemporaine. Elle est bien plus qu'une mode passagère. De mon point de vue, elle est à mettre en lien avec le développement  de la psychologie positive qui nous vient des pays anglo-saxons et germains et le retour ou reconnaissance de la pensée de C.G Jung.

 

Des recherches scientifiques récentes montrent ce que les anciennes traditions avaient découvert bien avant nous, à savoir que les temps de silence, d'intériorité sont nécessaires au développement et à l'équilibre de l'être humain. Ils sont même indispensables dans une époque où tout s'accélère, où tout doit être fait "vite" où il est imposé au sujet (dans le monde du travail comme à l'école et même dans la famille) de faire plusieurs choses en même temps, où l'être humain est en saturation d'informations et où l'éclatement intérieur ne lui permet plus d'être à l'écoute de son corps, de ses pensées et de ses émotions.

 

Cette approche a d'abord gagné le milieu hospitalier (cf : Christophe André en France). Elle est une des réponses "clef" dans la régulation par le sujet des états de sur-stress.  Elle s'est d'abord développée dans les pays anglo-saxons et germaniques, plus ouverts aux approches  transdisciplinaires, transversales et pragmatiques. Elle gagne notre pays. En france, ce sont les écrits et les témoignages, de Christophe André, de Fabrice Midal,  de Thierry Janssen, de David Servan Chreiber, de Jeanne Siaud-Facchin, de Mathieu Ricard pour ne citer que les plus connus qui la font connaître. De plus l'approche scientifique développée par Jonn Kabat Zinn (neuropsychiatre américain) a permis d'expliciter les effets positifs de cette pratique sur les personnes atteintes de "burn-out" ou en état de stress chronique ou en état de déprime voire de dépression ou en état de stress post traumatique (guerre etc...).

 

Dans certains pays (Etats Unis, Belgique, Canada, Brésil...) elle est utilisée dans les établissements scolaires. Elle a des effets d'une part, sur le développement de l'attention, de la concentration et d'autre part, sur les relations entre les personnes (apaisement, diminution des actes de violence). Elle met du calme et de  l'apaisement, là où il y avait énervement et tension.

 

Et dans le milieu sportif, qu'en est-il ?Cette approche venue des EU - mais aussi développées, le plus souvent sans le savoir, par certains entraîneurs de l'est (avant 1989!), par des navigateurs en solitaire, des alpinistes (notamment ceux que l'on appelle "himalayistes"), des apnéistes (cf le film le grand bleu qui montre bien l'approche introspective).... et plus récemment le dernier vainqueur du tour de france, C.Evans, qui pratique depuis de longues dates la méditation, et tous ces sportifs et entraîneurs, illustres ou anonymes, qui dans leur manière d'être dans la pratique et l'entraînement sportifs sont dans la présence à ce qui est en donnant à chaque action le meilleur de ce qu'ils sont - est bien présente mais encore ignorée.

Le premier livre explicitant cette approche nous est venu des EU "l'athlète intérieur" de Dan Milman. Plus récemment le livre de Damien Lafont "Entrez dans la zone" est explicitement dans cette démarche de la pleine conscience. Ian Jackon qui propose l'outil "breath play" s'inscrit dans cette conception à visée globale du geste et de l'action sportifs qui intégre toutes les dimensions de l'être (esprit-corps-émotions)

 

Quels sont ses effets ?

Elle dépasse l'aspect sportif et développe un "art de vivre" et un art d'être avec soi et les autres.

Elle permet l'exploitation optimale des ressources physiques, émotionnelles, mentales...

Elle rend autonome l'athlète.

Elle permet de se révéler par la pratique sportive.

Elle vise à être pleinement "Soi" dans la pratique sportif.

 

Chez un sportif, pourquoi apprendre à méditer ?

Pour être plus serein, plus présent à l'action.

Pour être dans le lâcher prise de l'action.

Pour exploiter le meilleur de soi au regard de ce que l'athlète dispose dans l'instant en matière de ressources.

Pour apaiser le mental en ébullition qui bloque la fluidité dans l'action.

Pour identifier et reconnaître ses peurs qui sont facteurs limitant de l'action.

Pour retrouver la confiance en soi.

Pour être stable face aux alléas d'une vie sportive faite de haut et de bas.

Pour être présent totalement à ce qui est dans l'action par une attention et une concentration affinées.

Pour être et rester dans le "bon stress" et ne pas basculer dans "l'état de surstress".

Pour réduire les blessures, les accidents.

Pour être en meilleure forme physique et psychique.

Pour récupérer plus vite.

Pour prendre plaisir à l'activité sportive.

Pour durer dans la carrière sportive.

Pour mettre de la distance avec le "bruit" médiatique.

Pour faire de la pratique sportive un temps de développement de l'être.

Pour faire de la vie sportive un temps en cohérence avec les autres temps de vie de l'athlète.

Pour être plus ouvert à soi et aux autres.

Pour accepter et réguler les situations de tension.

 

Elle peut être pratiquée à tout moment.

Elle ne nécessite pas un apprentissage long avec un expert. Mais elle réclame une pratique quotidienne. L'effort est à porter sur cette intentionnalité de s'y astreindre tous les jours, ne serait ce que quelques minutes.

 

Elle met l'enseignant ou l'entraîneur ou le préparateur physique en état synchrone avec l'athlète.

C'est l'aspect le plus surprenant. Celui qui enseigne la pleine conscience - qu'il soit le spécialiste ou l'entraîneur ou le préparateur physique-mental - se doit d'être dans le moment de la pratique-enseignement de la pleine conscience en état de pleine conscience ! Il ne peut pas faire semblant. Il doit être présent totalement à ce qu'il fait. C'est d'abord par la posture de celui qui enseigne que passe l'apprentissage de la pleine conscience. De ce fait, cela donne un moment fort, intense, respectueux et donc puissant. Celui qui présente l'apprentissage de la pleine conscience, devient celui qui est, celui qui ressent, celui qui éprouve. Il n'y a pas et ne peut pas y avoir dans ce temps de rapport de pouvoir, de domination. En effet, l'enseignant s'expose et s'embarque lui aussi dans ce temps d'ouverture au processus psychique de la connaissance de soi.

La méditation ou pleine conscience doit être pour celui qui l'enseigne une pratique régulière et quotidienne.Ce n'est pas une méthode de préparation mentale qui s'expose sans que l'on ne s'y implique pas totalement. C'est en pratiquant que l'enseignant, l'entraîneur, le préparateur, pourra, saura accompagner l'athlète sur ce parcours à la fois simple..mais jamais aisé !

Cette approche apporte une voie nouvelle dans le monde sportif. Elle peut rebuter, déstabliser, voire faire peur dans un milieu où les "ego" sont le plus souvent hyperdéveloppés. Le fait est que ceux qui s'engagent dans cette voie, ne reviennent pas en arrière. C'est aussi leur identité de sportif, d'entraîneur qui change, et cela pour un mieux être.

Partager cette page

Repost 0
Published by

Présentation

  • : Le blog de sport en pleine conscience - Raymond Barbry
  • : L'objet de ce blog est de promouvoir l'exploitation de la pleine conscience (mindfulness) dans la pratique sportive. Ceci afin de permettre aux pratiquants sportifs d'exploiter au mieux leurs ressources dans le respect du développement humain.
  • Contact

Profil

  • Raymond Barbry
  • J'interviens dans l'accompagnement (coaching) des sportifs de tous les niveaux. Je propose une approche de la préparation mentale qui prend appui sur les outils de la pleine conscience et sur mon expérience personnelle de sportif de haut niveau.
  • J'interviens dans l'accompagnement (coaching) des sportifs de tous les niveaux. Je propose une approche de la préparation mentale qui prend appui sur les outils de la pleine conscience et sur mon expérience personnelle de sportif de haut niveau.

Liens